Make your own free website on Tripod.com

Le Parfum

Home | Historique | Histoire de la Lavande | Les matières premières et les familles olfactives | De la matière première naturelle au produit fini : concrete, absolue ou huile essentielle | Le Contrôle Analytique | Les procédés de reconstitution : synthèses de produits naturels | L' elaboration d'un parfum | Le parfumeur : le metier de nez | Le nez et son fonctionnement biologique | Expériences | Vocabulaire | Conclusion | Contactez nous








Historique page 3

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

Page 5

Renaissance (1490-1600)

o  Au XIVème siècle, les alchimistes en Espagne et en Italie découvrirent comment purifier l’alcool, ce procédé fut ensuite utilisé pour extraire les odeurs.

o  La Renaissance propose alors une nouvelle vision du monde. Architectes, ingénieurs, artistes et érudits voyagent à travers l’Europe. C’est l’âge d’or du mécénat et de l’art. Succédant aux recettes alchimiques, les premiers traités de chimie apparaissent. Vasco de Gama, Christophe Colomb, Magellan, les grands explorateurs ramènent de nouvelles matières premières d’Amérique et d ‘Inde : le cacao, la vanille, le baume du Pérou, le tabac, le poivre, le clou de girofle, la cardamome…

o  En 1533, la parfumerie et les cosmétiques prirent leur essor en France et en Grande Bretagne, lorsque Catherine de Médicis arriva d’Italie avec son parfumeur attitré, et l’usage du parfum se généralisa. Au XVIème siècle, les gants furent parfumés afin de masquer l’odeur du cuir et Grasse devient le centre de parfumage des gants. A la fin du XVIème siècle, Grasse devint le premier centre européen de recherche et de matière de parfumerie alcoolique.

Epoque Classique et siècles des lumières (1600-1789)

o  Au XVIIème siècle les maîtres gantiers s’organisent et développent leur commerce depuis que le parlement les autorise à prendre le titre de parfumeurs, puis de poudriers. Montpellier et Grasse se disputent alors la culture des herbes médicinales et des fleurs telles que l’œillet, la violette, la lavande, le jasmin, la rose et la tubéreuse.

o  Au XVIIème siècle, l’hygiène ne cesse pas de baisser, pour changer d’air les gens s’arrosent de senteurs boisées ou florales. De plus, pendant la régence d’Anne d’Autriche se répand une nouvelle mode : ils suspendent au plafond des pâtes parfumées en forme d’oiseaux, ainsi les pièces sont parfumées et les mauvaises odeurs sont chassées.

Malgré l’inexistence d’hygiène , des coussins de fleurs séchées et de petites seringues à eaux de senteurs parfument les appartements royaux, à chaque jour de la semaine un parfum est attribué, et le roi (Louis XIV) et les courtisans s’inondent de partisans

o  Au siècle des Lumières, la femme suit avec préciosité les codes de la séduction et découvre la tyrannie de la mode : corsets, coiffure, fards, parfums…La Cour de Louis XV est baptisée « la cour parfumée » et l’usage du parfum différent chaque jour est prescrit. De plus, les gens commencent à prendre conscience de l’hygiène.

o  Les chimistes de Grasse prospèrent, ils améliorent grandement les techniques d’enfleurage et de distillation. C’est en 1730 qu’est créée la corporation des parfumeurs grassois. Les plus grands parfumeurs exportent leurs parfums dans toute l’Europe. A Cologne en Allemagne, Jean Antoine Farina invente l’Eau de Cologne et en 1775 s’établit à Paris la parfumerie Houbigant.

 



Comment passer de la matière première au produit fini ?... Une analyse approfondie du Parfum.