Make your own free website on Tripod.com

Le Parfum

Home | Historique | Histoire de la Lavande | Les matières premières et les familles olfactives | De la matière première naturelle au produit fini : concrete, absolue ou huile essentielle | Le Contrôle Analytique | Les procédés de reconstitution : synthèses de produits naturels | L' elaboration d'un parfum | Le parfumeur : le metier de nez | Le nez et son fonctionnement biologique | Expériences | Vocabulaire | Conclusion | Contactez nous








De la matière première naturelle au produit fini : concrete, absolue ou huile essentielle page 2

Page 1

Page 2

Page 3

L’extraction au solvant volatil :

Cette technique fut mise au point au XIXeme siècle pour remplacer l’hydrodistillation.

Les principaux solvants utilisés dans ce type d’extraction sont l'hexane et le benzène, choisis en raison de leur grand pouvoir de solubilisation et de leur volatilité, qui permet de les éliminer plus facilement.
L'extraction se fait dans des cuves en acier inoxydable, d'une contenance d'environ 3000 litres, munies de plateaux perforés empilés les uns sur les autres. Ainsi les plantes ne sont ni écrasées ni tassées et le solvant circule librement. On utilise également des appareils munis de paniers rotatifs, qui permettent de traiter les plantes en continu.
Après le chargement des plantes dans l'extracteur, les solvants sont introduits par un système de vannes afin de permettre la macération. La matière végétale est ainsi épuisée par plusieurs lavages successifs aux solvants, le temps de contact étant déterminé en fonction de la nature de la plante et du produit employé. Lorsque le solvant est chargé en principes odorants, il est conduit dans un décanteur afin d'éliminer tout excès d'humidité. Il est ensuite acheminé vers un concentreur sous vide, où s'effectue une distillation partielle.
Évaporé, récupéré puis recyclé dans divers circuits, il laisse au fond de l'appareil un mélange pâteux, composé des molécules odorantes, des cires et des pigments. Ce mélange est appelé résinoïde quand il résulte du traitement de plantes sèches (racines, graines, mousses, baumes, gommes, résines,...) et concrète lorsqu'il provient plus spécifiquement du traitement des fleurs.
Si les parfumeurs emploient généralement les résinoïdes tels quels dans leurs compositions, la concrète subit en revanche un traitement supplémentaire. En effet, les concrètes  florales ont souvent une consistance épaisse et donc lavées plusieurs fois à l'alcool dans des batteuses pour dissoudre les molécules odorantes, les cires étant auparavant filtrées une première fois. Le mélange concrète-alcool est ensuite amené à une température de -12°C à -15°C, puis filtré à nouveau afin d'éliminer définitivement toute trace de cire; les produits cireux ont en effet la propriété de se figer sous l'effet du froid. Pour finir, le mélange alcoolique est distillé sous pression réduite. Une fois l'alcool évaporé, on obtient l'essence absolue, que le langage professionnel a réduit au simple terme d'absolue.

Page 1

Page 2

Page 3



Comment passer de la matière première au produit fini ?... Une analyse approfondie du Parfum.