Make your own free website on Tripod.com

Le Parfum

Home | Historique | Histoire de la Lavande | Les matières premières et les familles olfactives | De la matière première naturelle au produit fini : concrete, absolue ou huile essentielle | Le Contrôle Analytique | Les procédés de reconstitution : synthèses de produits naturels | L' elaboration d'un parfum | Le parfumeur : le metier de nez | Le nez et son fonctionnement biologique | Expériences | Vocabulaire | Conclusion | Contactez nous








Le nez et son fonctionnement biologique page 2

Page 1

Page 2

sniff.jpg

De cette muqueuse jaune s’étirent de nombreux processeurs plongeants. Ces derniers se prolongent dans la cavité nasale sous forme de petits cheveux. Sur ces petits « cils » sont situés des récepteurs de formes variés. Si l’air que l’on inhale transporte une molécule à la membrane muqueuse nasale, cette dernière molécule s’attache au récepteur complémentaire. Sa forme géométrique ainsi que sa charge électrique (sa polarité) jouent un rôle dans cette connexion. Lorsqu’une molécule « s’enclenche » à son récepteur, un signal électrique (un stimulus) est alors envoyé au cerveau et on sent une odeur.

 

La multitude de cellules nerveuses de la membrane de la muqueuse olfactive est composée de nombreux appendices liés à la cavité nasale supérieure sous forme de fibres nerveuses. Ces dernières constituent un « paquet » qui s’étend dans la plaque ethmoïdale, un os situé derrières la base du nez, et dans une partie du cerveau appelé le bulbe olfactif. A la suite de cette pre-sélection, le stimulus avance vers la partie du cerveau appelée le cerveau olfactif. Le cerveau olfactif a été l’une des premières parties du cerveau à se développer. Ceci est à son tour lié au système limbique, le système qui contrôle nos sentiments et émotions.

Les cellules olfactives réceptrices sont bi-polaires, ce qui signifie qu’elles comportent une dendrite et un axone.  Les extrémités des dendrites finissent en un bouton, duquel pendent plusieurs petits cils. Ainsi lorsqu’un stimulus chimique ou odorant dissout la muqueuse de l’épithélium, il lie des récepteurs spécifiques de protéines sur ces cils. Ceci débute le processus de transduction.

 (Ci contre le processus de transduction).

            A l’intérieur du bulbe olfactif, les axones des cellules olfactives réceptrices se branchent et se joignent au second ordre de neurones gloméruli sphériques (ou grappe). Ces neurones secondaires se mêlent ensuite pour former l’appareil olfactif et voyagent plus profondément dans le cerveau.

 

L’appareil olfactif se déplace tout d’abord dans les « régions primitives » du cortex, et circule ensuite dans le thalamus et le néo-cortex (tout deux des parties du cerveau), où l’information est interprétée. L’odorat a un accès direct aux principales parties du cerveau. Ceci est dû au fait que dans notre évolution le sens de l’odorat est plus ancien que la vue ou l’audition.

Page 1

Page 2



Comment passer de la matière première au produit fini ?... Une analyse approfondie du Parfum.